26 Mai. 2021

Découverte, Non classé, Patrimoine

Le pain de mai, kézako ?

Cette institution charitable du Moyen-Age a marqué durablement l'histoire de l'ancienne capitale de la Tarentaise. Cette tradition a été instaurée à Moûtiers en 1150 par l'archevêque Pierre II de Tarentaise et a perduré plus de 600 ans ! 
Découvrez l'histoire du pain de Mai et les lieux qui s'y rattachent.

Le pain de mai 

 

Une tradition de plus de 600 ans (1150 – 1768) !

Cette tradition doit sa naissance à un grand homme : l’archevêque Pierre II de Tarentaise et à la grande pauvreté des paysans au mois de mai. C’était le mois de soudure, quand les réserves de l’année précédente étaient écoulées et que la prochaine récolte se faisait attendre. La chaleur, propice au développement des épidémies et notamment de la peste, aggravait encore la situation et le nombre de décès (on enregistrait en 1 mois autant de morts que sur l’ensemble de l’année).

En constatant la mortalité importante, la pauvreté engendrée par l’épuisement des récoltes, la flambée des prix et les aléas climatiques (le froid, le gel, la chaleur), l’archevêque eût alors l’idée de venir en aide aux pauvres en leur reversant en nature le fruit de la Dîme, l’impôt perçût par l’Église jusqu’en 1789.

A cette époque, les paysans reversaient péniblement à l’Église le 10ème de leur récolte, les greniers de l’archevêque se remplissaient et non loin en bordure de l’Isère, les moulins, propriété de l’archevêché s’activaient pour produire la farine. Saint Pierre II eût alors une idée bienveillante, généreuse et novatrice pour l’époque : fabriquer du pain et le redistribuer aux pauvres, aux mendiants et à toute personne qui en faisait la demande. La tradition du pain de Mai était née !

C’est ainsi que plus de 2000 pains étaient distribués dans la cour de l’évêché les 28 premiers jours du mois de mai, à raison de 1 pain par personne.

On fait le calcule ? Près de 60 000 pains distribués en 1 seul mois et ce, pendant 600 ans ! Une soupe était aussi servie, elle réchauffait les Tarins de passage et les nécessiteux.

En 1768, face à une distribution inégalitaire du pain qui profitait aussi aux bourgeois de la ville, l’archevêque Humbert de Roland mit fin à cette tradition charitable séculaire qui n’avait selon lui plus de sens. La culture de la pomme de terre aidant, le don prit une autre forme et fût alors reversé à l’hospice Saint Antoine. Une condition devait toutefois être respectée : l’accueil d’un certain nombre de mendiants de la ville au sein de l’hospice, qui accueillait jusque là principalement les voyageurs de passage.

 

Peinture cathédrale Moûtiers (73)

 

«L’évêque Pierre II de Tarentaise (1102-1174) distribuant le pain de mai»

Ce tableau de Jacques Guille (1814 – 1873), est l’œuvre la plus célèbre du peintre Mauriennais. Il illustre la distribution du pain de Mai par l’archevêque Pierre II de Tarentaise.

Vous trouverez cette toile monumentale dans la cathédrale Saint-Pierre, à Moûtiers.