5 Juin. 2020

Gastronomie

Les Crozets,
vous connaissez ?

​Ne passez pas à côté !

Petites pâtes carrées emblématiques du patrimoine culinaire savoyard. Du patois “croé” signifiant petit, cette spécialité savoyarde était historiquement préparée à la maison, à partir de farine de sarrasin, d’oeufs, de sel et d’eau. Aujourd’hui, on peut également la trouver à base de farine de blé dur. Cette pâte accompagne parfaitement les diots, volailles ou viandes en sauce.

 

Idée dégustation

Il suffit de les plonger dans l’eau bouillante pendant 12 minutes à feux doux. Il est ensuite conseillé de les rincer avant de les égoutter afin de libérer l’amidon. Incorporez ensuite 20 cl de crème fraîche et 100 gr de Beaufort rappé. Salez, poivrez et faites gratiner au four et le tour est joué !

 

 

 

Recette de la Croziflette :

Plat inspiré de la tartiflette mais avec l’utilisation de crozets (au lieu de la pomme de terre),

la croziflette se cuisine avec des lardons, de la crème fraîche, des oignons et du bon fromage

savoyard, lui aussi, le Reblochon !

 

​Pour bien vous régaler voici la bonne recette pour 4/5 personnes :

Ingrédients

• 150 g de Crozets au sarrasin Alpina Savoie

• 150 g de Crozets nature Alpina Savoie

• 4 ou 5 tranches de jambon cru de Savoie ou 250 g de lardons

• 1 oignon – ¾ d’un reblochon (environ 350 g)

• 50 cl de crème fraîche

​Faire cuire les Crozets en les plongeant 15 min dans un grand volume d’eau bouillante salée (10 fois le volume de Crozets).
Émincer l’oignon, couper le jambon cru en fines lanières ou faire revenir les lardons, et couper le reblochon en dés.
Faire roussir l’oignon.
Les verser dans un grand plat à gratin, ajouter les lanières de jambon ou les lardons, l’oignon, la moitié des dés de reblochon et la crème fraîche.
Mélanger et répartir ensuite les dés de reblochon restants sur le dessus du plat. Faire gratiner 5 à 10 min à four chaud (180°C). Servir accompagné d’une salade.

Suggestions : Vous pouvez déglacer l’oignon au vin blanc et ajouter une pincée d’herbes de Provence. Testez également la recette de la Croziflette  en remplaçant le reblochon par du Beaufort…

 

Ils ont leur petite histoire, on va vous la conter,

Elle se passe dans notre vallée !

​Les Crozets … fabriqués dans un atelier à Moûtiers ?!

François Fraissard est originaire des Allues, du village du Biolley. Son épouse est de Pussy et tous deux s’installent à Moûtiers.

Dans la vallée de l’Eau Rousse, à Pussy, Bonneval ou Celliers, les crozets sont le plat traditionnel des dimanches, fêtes et mariages.

L’un des voisins du jeune couple, un électricien, va d’ailleurs mettre Madame Fraissard au défi : « quand on est de Pussy, on prépare des crozets ».

On est en 1968. Les Fraissard font, eux aussi, leur révolution, durant l’hiver 68 : pas moins de 300 kilogrammes de crozets seront fabriqués à la main, à l’ancienne, dans le respect de la tradition. Mais il était indéniable que la demande allait croissante ; il fallait donc bien imaginer la mécanisation de cette fabrication. Place à la machine à fabriquer les crozets.

C’est en 1969 que naît la première machine à découper les crozets.

D’autres suivront au fil des années. On ne se lasse pas d’entendre l’inventaire des pièces qui ont été recyclées pour fabriquer ces machines.

C’est un vrai poème surréaliste : une boîte à vitesse d’Aronde, des rouages provenant d’essuie-glace, des pièces de mobylettes …

Le succès était donc à la clé mais il faut faire face lorsque l’on a mis la main à la pâte.

 

En 1990, la production avoisine les 62 tonnes (soit pas moins de 620 millions de crozets !).

 

 

​Merci à JP. Bergeri, pour cette belle histoire Moûtiéraine !

Guide du Patrimoine Savoie-Mont-Blanc, Centre culturel Marius Hudry (Moûtiers)