Un peu d'histoire...

Charmante ville commerciale au carrefour des  vallées, Moûtiers est la capitale historique de la Tarentaise, située à 481 m d’altitude, elle compte près de 4300 Moûtiérains.

 

Au XVIII ème siècle, la ville est marquée par l'activité très prospère des Salines Royales. Créées vers la fin du Moyen-Age, elles cessèrent de fonctionner en 1862. Le sel extrait provenait des eaux de Salins,  à 2 kms de Moûtiers. Cette eau cheminait dans des canaux avant que la saumure ne soit traitée par évaporation.

Le plus vieux document faisant mention des Salines de Moûtiers date de 1449. C’est surtout après 1560 que le duc Emmanuel-Philibert en fit un véritable établissement industriel.

A partir de 1730, 5 bâtiments de graduation furent construits et, à proximité, 5 ateliers de cuite.

Après la période de l’occupation espagnole (1742-1749), une seconde saline basée à Conflans fut construite pour recevoir l'eau de Salins par canalisation. En 1765, la production a atteint  27 554 quintaux, soit plus de 1000 tonnes.

 

"Un ingénieur, de Buttet, mit au point un système ingénieux qui a permis d’économiser le bois, jusqu’alors consommé en abondance dans les bâtiments de cuite où se trouvaient d’importantes chaudières. Le système consista à élever l’eau au sommet de piliers dont il nous reste 4 vestiges (Face au magasin carrefour Market).

L’eau était filtrée en passant au travers de fagots de branchages, et ensuite coulait très lentement le long de cordages, entrainant le phénomène bien connu de la cristallisation. On pouvait alors racler les cordes pour en extraire le sel.

Ce sel était vendu à Moûtiers même, à l’intérieur de la halle grenette dans laquelle l’on trouvait le « blanc du sel ». Mais il était surtout exporté, non seulement pour l’approvisionnement de la Savoie mais également en direction de la Suisse.

Au XIXè s, les salines restent la plus grosse entreprise moûtiéraine en employant 100 à 120 personnes, dont 25 à « gages fixes », sous le contrôle d’un directeur et d’un inspecteur général. 

La Savoie devenue française, les salines moûtiéraines subirent la concurrence des Salines du Midi, et la production fut arrêtée en 1866, entrainant la ruine des bâtiments." (extrait du livre « Histoire de Moûtiers » de Jean – Paul BERGERI).